Le guide de votre bien-être à domicile

Noël

Histoire et célébration de Noël : 2000 ans de traditions

noël

© T. Tulic - Fotolia.com

Noël… Dies Natalis Domine ou jour de naissance du Seigneur en latin, synonyme de fête familiale, de cadeaux et d’agapes du réveillon, est avant tout la fête majeure des communautés chrétiennes, célébrant la naissance du Christ partout dans le monde. Retour sur ses origines, depuis l’Antiquité.
  1. Des rites préhistoriques aux Saturnales et au calendrier grégorien
  2. La naissance du Christ et les fondements du Christianisme

Des rites préhistoriques aux Saturnales et au calendrier grégorien

Dans l’Antiquité, les peuples du Nord avaient développé des coutumes hivernales liées à leurs migrations permanentes, et institué des célébrations autour de la nuit la plus longue de l’année. Ils célébraient leurs Dieux dans un rituel unissant la lumière, et les offrandes pour une chasse abondante, garante de leur survie.

Depuis 1582, date à laquelle le pape Grégoire XIII devait fixer le calendrier grégorien, Noël se célèbre le 25 Décembre. Le pape Libère avait choisi cette date pour la naissance officielle de Jésus dès 354, afin qu’elle coïncide avec la fête romaine du Sol Invictus.

Auparavant, les Romains célébraient le Dieu Saturne, Dieu des semailles et du temps, au cours des cérémonies des « Saturnales », dont la date coïncidait avec celle du solstice d’hiver, vers le 21 décembre. Au cours des Saturnales, on s’offrait des présents, miel, gâteaux, bijoux…on dansait, on buvait, on mangeait beaucoup, et la fête dégénérait souvent en de véritables orgies.

La naissance du Christ et les fondements du Christianisme

On doit aux 2 Evangélistes, Marc et Jean, le récit de cet événement, le plus important dans la religion chrétienne avec la Résurrection, que les communautés catholique, protestante et orthodoxe célèbrent chaque année dans la foi.

Le Christ serait né dans une étable, faute de place dans les auberges de Bethléem en Judée, envahies par des familles entières venues se faire recenser. Une étoile brillait avec intensité dans le ciel, à l’endroit exact de sa venue au monde, interpellant la population, marchands, bergers, colporteurs, familles, mendiants, en attente du Messie tant espéré pour libérer les juifs du joug romain.

Les rois Mages, Gaspard, Melchior et Balthazar auraient vu dans les astres l’annonce de cette prophétie, et pris la route en suivant cette étoile dite « du Berger ». Certains de trouver au bout de leur chemin l’incarnation d’un miracle vivant, un enfant venu au monde dans des conditions de dénuement extrême, mais porteur de l’espoir d’une nation martyrisée depuis des siècles.

En réalité, le Christ serait né quelques années plus tôt selon les scientifiques. Mais ce détail chronologique a peu d’importance. Les communautés chrétiennes du monde entier célèbrent le 25 décembre la naissance de leur Sauveur.

Hanoucca, la fête des Lumières dans le judaïsme

Les communautés juives célèbrent Hanoucca, début décembre et durant 9 jours. Cette fête « des lumières » commémore la révolte contre les persécutions du roi Antiochus au IIe siècle avant JC, et l’interdiction de pratiquer le culte et les rites hébraïques. Chaque soir de Hanoucca, on allume une bougie symbolique, dès le coucher du soleil. On offre aux enfants des toupies, une pratique qui a évolué depuis le XVIIe siècle en échange de cadeaux pour tous. On consomme des mets frits dans l’huile, en référence au miracle de la fiole d’huile trouvée dans les ruines du Temple de Jérusalem, qui aurait brûlé durant 9 jours, alors que la fiole ne contenait d’huile que pour un seul.